Le juriste béninois Sègnonna Horace ADJOLOHOUN admis comme professeur à l’université d’Europe centrale

Le juriste béninois Sègnonna Horace ADJOLOHOUN admis comme professeur à l’université d’Europe centrale

A l’heure où la révision de la Constitution agite à nouveau les milieux socio-politiques et universitaires béninois, l’admission au printemps 2017 du Docteur Sègnonna Horace Adjolohoun comme Professeur de droit international des droits de l’homme et de droit constitutionnel comparé au Département d’études juridiques de la prestigieuse Université d’Europe Centrale ne devrait pas passer inaperçue. Sa sélection est une première pour un béninois qui rejoint cette institution créée en 1991 sous l’égide de la Fondation Open Society du philanthrope George Soros et où le Docteur Adjolohoun enseignait déjà la Constitution en Afrique en cours d’été.

La carrière du Professeur Adjolohoun parle d’elle-même tant le parcours de ce juriste béninois impressionne. Il prend ses marques éducatives dans le système francophone où il fait des études d’administration et droit public à l’Ecole Nationale d’Administration et à la faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin. Il côtoie alors le milieu judiciaire et sert sous le Président et le Secrétaire général de la Cour suprême du Bénin, les deux autorités occupant alors concomitamment les mêmes fonctions à la direction des organes statutaires de l’Association Africaine des Hautes Juridictions Francophones.

En 2006, il émigre en Afrique du Sud où il parachève ses études de droit dans la tradition linguistique et juridique anglo-saxonne. Au Centre for Human Rights de l’Université de Pretoria, il obtient un master en droits de l’homme et démocratisation en Afrique puis un doctorat en droit international public, droit international des droits de l’homme.

Dès 2008, il enclenche une carrière internationale dans les droits humains, la démocratie et le constitutionnalisme en Afrique au sein d’organisations aussi réputées que l’Union Africaine, les Nations Unies et la Commission Internationale de Juristes. Il intervient comme Conseil devant la Cour de justice de la CEDEAO et la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples avant d’être recruté comme Expert Juriste Principal à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples où il est en charge du contentieux contre les Etats. Depuis février 2016, le Professeur Adjolohoun est Juriste Principal en Chef à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples et Assistant Juridique Spécial du Président de ladite Cour.

Le Professeur Adjolohoun brille également par son activisme intellectuel à travers conférences, colloques et publications dans les milieux universitaires francophones et anglophones. Dans les sphères francophones, il est connu pour deux publications majeures : « Droits de l’homme et justice constitutionnelle en Afrique : le modèle béninois » préfacé par le Professeur Théodore Holo et « Entre constitutionnalisme et présidentialisme : succès et dilemmes du nouveau constitutionnalisme béninois » préfacé par le Professeur Ibrahim D. Salami. Dans le milieu universitaire anglophone, il est auteur de nombreux articles de revues et chapitres d’ouvrages. Il participe à l’Annuaire de Stellenbosch sur le Constitutionnalisme en Afrique édité par le Professeur Charles Fombad et publié par les Presses universitaires d’Oxford.

La mixité de sa carrière s’illustre en outre par son engagement dans les arcanes de la société civile comme expert et consultant dans différents projets de formation des avocats, juges et acteurs de la société civile sur les questions liées au contentieux des droits humains et à la justice pénale internationale en Afrique.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que, dans cette nouvelle position, le Professeur Adjolohoun apportera à l’Université d’Europe Centrale son expertise sur le système africain des droits de l’homme et le constitutionnalisme en Afrique. Le Bénin et l’ensemble de la communauté des juristes et constitutionnalistes africains devraient compter sur ce talent qui fait la fierté du continent.

1 Comment

Ajouter votre commentaire